Le smoking par Brahim Bouloujour

Brahim Bouloujour, tailleur, Meilleur Ouvrier de France : parce qu’il y a smoking et smoking

Je vous l’avais présenté en début d’année, je ne résiste pas à l’envie de vous parler à nouveau de lui : Brahim Bouloujour, pour mieux mettre en avant la méticulosité de son travail. Si vous avez lu l’interview d’Aaliyah Picanso et Joris Duval publiée ici même il y a une dizaine de jours, vous vous souviendrez peut-être que le co-fondateur de Vigo y citait le smoking de Brahim Bouloujour comme l’une des origines de sa vocation.

Toute personne tant soit peu intéressée à l’art tailleur sait que la veste de smoking n’est pas la pièce la plus facile à réaliser, loin s’en faut. Combien de tailleurs renommés, combien d’apiéceurs expérimentés ne s’y sont-ils pas cassé les dents ? L’application des revers à la main requiert une maîtrise à laquelle ne nous ont pas habitués les trop nombreux exemples de prêt-à-porter douteux ou de demi-mesure à prix cassés (or, un smoking étant par définition une pièce intemporelle, ne saurait être en aucun cas considéré comme du consommable ; mieux vaut en envisager l’achat comme un investissement à long terme).

Ce smoking pie, dans la plus pure tradition Smalto, est celui grâce auquel M. Bouloujour a gagné le concours de Meilleur Ouvrier de France dans la catégorie Tailleur en 2008. Impossible de tricher quand la moindre imperfection s’écrit en minuscules points à la main sur un tissu qui marque ! Et je ne parle pas seulement des finitions. Regardez bien l’intérieur de cette veste : il est aussi propre, aussi soigné que le laisse présager la construction de l’ensemble. Alors que certains tailleurs (je ne citerai personne) ont parfois tendance à reléguer les défauts sous la doublure (un peu comme on cacherait la poussière sous le tapis pour ne plus la voir), tout le travail de l’artisan honnête consiste à parfaire avec le même acharnement ce qui se voit et ce qui ne se voit pas. Serait-ce là le signe évident de l’excellence française ? Il en ferait presque regretter de ne pas être riche. Le seul inconvénient de ce smoking, en effet : une fois que vous l’aurez en mémoire, il vous sera difficile d’en vouloir un autre.

Brahim Bouloujour, smokingBrahim Bouloujour, smokingBrahim Bouloujour, smokingBrahim Bouloujour, smokingBrahim Bouloujour, smoking

Cette entrée a été publiée dans HOMME, LE COIN DES NON-ITALIENS, VESTIAIRE and taguée , , , , , , , , , . Placez un signet sur le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *