Sastreria El 91, Madrid

Sastreria El 91 : l’Espagne réactivée

Ils ont remis la cape au goût du jour, commercialisent des chapeaux, des accessoires, taillent des costumes, déclinent leurs looks en prêt-à-porter et en demi-mesure, les fondateurs de Sastreria El 91 innovent, détonnent, dans un paysage pitti-esque consensuel jusque dans son excentricité. Rien d’étonnant, dès lors, à ce qu’en à peine trois ans, Paul et Caterina aient réussi à se faire remarquer des photographes et à faire valoir leur singulière identité. En attendant de leur rendre visite chez eux, à Madrid, voici un avant-goût de leur style.

Sastreria El 91, Madrid

Il faut six mètres de tissu pour réaliser une cape, deux fois trois mètres coupés en cercle avant d’être assemblés – autant dire qu’il vaut mieux éviter les forts grammages, sous peine de devoir soulever de la fonte en parallèle. L’entoilage n’a pas droit de cité ici, on s’en doute. Quant aux boutons coordonnées (leur nombre est la clef d’une symbolique mais j’ai oublié laquelle), ils agissent comme une signature visuelle.

Sastreria El 91, Madrid

Détails d’un pantalon porté par Paul. Corollaire des remarques précédentes, le travail est léger – dans un contexte différent, j’aurais dit « trop » léger, et je me serais montré plus critique, mais y aurait-il un sens à dépareiller les poids ? La cravate est aussi souple et fluide que le reste de la tenue.

Sastreria El 91, Madrid, Pitti Uomo

L’accessoire iconique de Sastreria El 91, version Pitti Uomo 89 (janvier 2016, donc) : le nœud papillon en plumes, ou « L’art de se faire remarquer grâce à de petites pièces ».

Sastreria El 91, Madrid, Pitti Uomo

Autre pièce-fétiche du duo madrilène : le chapeau, de préférence assorti à l’ensemble costume-cape – ici sous l’œil scrutateur de Pablo Picasso.

Sastreria El 91, Madrid, Pitti Uomo

Les vestes de la dernière collection sont particulièrement graphiques grâce aux « entailles » qui la rythment. Une riche idée de créateur, plus élégante « en vrai » que sur un portant.

Sastreria El 91, Madrid, Pitti Uomo

Des couleurs profondes (le vert est à tomber) pour une collection très cohérente et mûrement réfléchie. C’est là tout le paradoxe de Sastreria El 91 : être une marque à mi-chemin entre la tradition tailleur espagnole (d’où sont issus ses fondateurs) et un créateur de mode. La proposition est forte et ne laissera personne indifférent.

Sastreria El 91, Sastreria Serna, Pitti Uomo

 Photo de groupe : l’Espagne à l’honneur, avec Agustin Garcia Montero et Lucia Serran (Sastreria Serna).

Cette entrée a été publiée dans HOMME, LE COIN DES NON-ITALIENS, VESTIAIRE and taguée , , , , , . Placez un signet sur le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *