Lapo Elkann

Lapo ElkannDeuxième volet de notre série « Italien comme ». Aujourd’hui : Lapo Elkann.

Certains aiment à se jouer des codes, d’autres prennent un malin plaisir à les pulvériser. C’est le cas de Lapo Elkann, petit-fils de Gianni Agnelli, co-héritier du groupe Fiat, designer, dandy et coqueluche des journaux people italiens.

Né il y a trente-cinq ans à New-York, le second fils d’Alain Elkann et de Margherita Agnelli, fille unique de l’Avvocato, est un homme de passions, au pluriel, généreusement détaillées sur son site officiel. On y apprend que l’homme aime indifféremment les tatouages, l’art contemporain, les bateaux, l’Italie, la Juventus de Turin, et – on s’en serait douté – les voitures. Des voitures, Lapo Elkann en possède plusieurs, toutes personnalisées selon ses goûts, dont une Maserati Gran Turismo noir mat, une Ferrari 599 GTO turquoise, une 458 Italia dite mimetica (reconnaissable à son camouflage militaire intérieur et extérieur), une Jeep Grand Cherokee SRT8 ayant emprunté ses rayures à un zèbre, une autre d’un très élégant kaki mat, sans compter ses nombreuses Fiat 500 (il est lui-même à l’origine du projet). Paul Morand aurait pu le qualifier d' »extravagant » ; il s’est d’abord fait connaître en tant que noceur. Sauf que ce noceur-là, aujourd’hui repenti, a été élu en 2009 (trente-neuf après son grand-père), « homme le mieux habillé du monde » par le magazine américain Vanity Fair, et que depuis, les éloges n’ont pas cessé. Depuis sa parution, son livre, Le regole del mio stile (Les règles de mon style), est abondamment commenté par la presse. Le magazine GQ va jusqu’à voir en lui, je cite, « un homme de la Renaissance ». J’avoue ne pas trop comprendre ce que la Renaissance vient faire là-dedans, mais bon. Pour ma part, je pencherais plutôt pour un film de Sofia Coppola.

Si Lapo Elkann a hérité de la garde-robe de Gianni Agnelli, c’est à travers son propre style qu’il a décidé de briller. Créateur d’un studio de design, Italia Independent, proposant des produits avant-gardistes dans les domaines du design, du textile et des accessoires, et d’une agence de conseil en communication et stratégie, Independent Ideas, chargée de promouvoir ses créations, le jeune entrepreneur multiplie les collaborations, avec Bear, Toywatch, K-Way, Vans, Vertu ou encore Smeg (à qui il a proposé d’habiller un réfrigérateur entièrement de denim). Grand adepte du gessato (le costume rayé, en italien), il paraît obsédé par les rayures ; il aime aussi les couleurs vives, les revers très larges, et faire parler de lui. La sprezzatura a bon dos. Elle n’est pas censée se réduire à une excentricité envahissante, mais jouer avec finesse sur l’inattendu et le contrepoint. Oublions Michael Corleone et Gordon Gekko. L’idéal de courtoisie voulu par Baldassare Castiglione consiste à jouer d’un équilibre fragile répondant à un autre équilibre fragile, l’édifice social, dont le vêtement est l’une des manifestations. Les choses doivent paraître faciles même si elles ne le sont pas. It’s only a game. Le jeu de Lapo Elkann est trop sérieux… ou pas assez. Ce n’est pas un jeu, c’est un enfantillage.

Encore Lapo Elkann a-t-il ses raisons, qui ne sont pas celles du commun des mortels, d’être au-delà de la sprezzatura, au-delà du détail qui change tout. En tant qu’icône internationale, comme Elton John ou Lady Gaga, sa vie est une campagne de publicité permanente. En un sens, il représente assez bien la tendance actuelle du tout-personnalisable, la théorie du bespoke étendu – du spectacle étendu – requis par le plus grand nombre. Sa devise, « Toujours être soi-même », l’autorise à vouloir (et à offrir) toujours plus de choix, toujours plus de versions, toujours plus d’options. Ce qui vaut pour une paire de lunettes Italia Independent (certains modèles comportent sur le papier 200 000 déclinaisons possibles), voire pour une Ferrari (le service Ferrari Tailor-Made, c’est lui), vaudra-t-il bientôt pour tous les objets de consommation ? C’est toute la différence qu’il y a entre le goût et les goûts, entre le style et la mode. Quant à moi – ce doit être mon côté Français : je préfère le choix dans la contrainte.

Plus de photos ici.

Lapo Elkann

A comparer, deux Ferrari, quarante ans d’écart, cachemire contre tartan. La première est une FF Tailor-Made, la seconde une 365 GTC/4 subtilement modifiée.

Lapo ElkannLapo Elkann

Cette entrée a été publiée dans ITALIEN COMME and taguée , , , , . Placez un signet sur le permalien.

3 Responses to Lapo Elkann

  1. Pingback : The Italian | redingote. - Blog mode homme et magazine culturel

  2. D'Urbano Fanny dit :

    Dans tous ses témoignages, on perçoit sa profondeur…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.