La chemise en lin

Batiste, zéphir, voile : des tissus prêts à affronter la chaleur

C’est l’été, il fait chaud, certains d’entre vous sont peut-être déjà en vacances, d’autres se préparent à partir bientôt, toujours est-il qu’entre deux séances de bronzage, vous aurez peut-être envie de revêtir autre chose qu’un tee-shirt trop grand pour vous, une chemise, par exemple, légère, adaptée aux contraintes estivales et susceptible d’être portée indifféremment seule, sortie du pantalon (je mets de l’eau dans mon vin, je sais), ou assortie à une veste soft ou à un blazer (au cas où le temps se rafraîchirait et où votre compagne aurait froid, mieux vaut prévoir).

Alternative à la chemise en coton, plus classique, la chemise en lin allie l’utile à l’agréable. Un peu dédaignée chez nous (après que, pendant des années, des modèles amples et de très mauvaise qualité ont inondé les rayons de nos boutiques), elle occupe une place de choix en Italie, où d’excellents drapiers travaillent le lin et où de non moins excellents chemisiers en proposent dans leurs collections, le modèle le plus courant étant une chemise à col boutonné de coupe classique, décontractée mais chic, suffisamment confortable pour vous faire oublier les souvenirs mous et rêches traditionnellement attachés au lin.

Mais avant de voir de quoi il retourne, commençons par nous intéresser aux autres tissus estivaux pour chemise (la popeline pouvant être portée toute l’année, nous n’en parlerons pas ici).

Lorsqu’on pense chemise d’été, trois qualités de tissu viennent automatiquement à l’esprit : le voile, le zéphyr et la batiste.

Le voile (ou voile de coton) est un tissu translucide et souple constitué de fils peignés, simples ou doubles, ayant subi une sur-torsion ou surtension, d’où son aspect grené, très agréable au toucher. Peu présent en prêt-à-porter, il fait la joie des connaisseurs à la recherche de légèreté (on le sent à peine) et d’exclusivité. Toutes choses qui ont un prix, mais de la même façon qu’on ne peut pas proposer des pulls en cachemire à prix bradés sans altérer ce qui fait l’intérêt même du cachemire, il est très difficile d’imaginer une production de masse de chemises en voile (ci-dessous, un exemple de voile issu de la collection Carlo Riva, considéré comme la Rolls Royce des fabricants italiens de tissus pour chemises).

voile de coton Carlo Riva

Il en est de même pour le zéphyr, tissu léger et souple, plus aéré que la popeline dont il est proche, un coton, donc, même s’il existe de rares cas de zéphyrs tissés à partir de fils de lin et de fils de coton, voir la photo ci-dessous, extraite du catalogue Bonfanti (pour information, Bonfanti Tessuti est la marque jumelle de Carlo Riva : ce drapier travaille encore de manière traditionnelle au moyen de métiers à tisser en bois et produit des tissus de 90 cm de large d’une régularité parfaite ; revers de la médaille : la réalisation d’une chemise requiert 3 mètres de tissu, contre 2 pour un tissu produit par un drapier industriel).

zéphyr de lin Bonfanti

La batiste est une toile régulière (à l’origine en lin, souvent en coton), très fine, légère, souple et translucide, tissée à partir de fils de qualité supérieure, et couramment utilisée dans la fabrication de mouchoirs et de chemises.

La chemise en lin, parent pauvre de la chemiserie ?

Il est possible que les mots accolés « chemise en lin » ne vous évoquent rien d’autre qu’un morceau de tissu chiffonné, voire informe, acheté par inadvertance au moment des soldes et oublié depuis dans une armoire, sous prétexte qu’à bien y réfléchir, elle ne donnait pas de vous une image très flatteuse. Fort heureusement, cette réalité indéniable (et, j’espère, dépassée) n’est pas représentative de l’ensemble de l’offre, même en prêt-à-porter, comme l’attestent les exemples suivants (le premier, je le reconnais, requiert à la fois le bronzage adéquat et une très grande forme morale). Comme toujours, la qualité d’un vêtement n’est le fruit que de deux choses : la qualité des matières utilisées et le soin apporté à sa réalisation. Or, l’une sans l’autre annule l’ensemble. J’insiste sur le fait qu’une chemise en lin ne peut pas, ne doit pas être moins chère qu’une chemise en coton ; je serais presque tenté de dire : au contraire (hors cas de cotons « précieux »), en raison même du mode de culture de la plante et d’extraction de la fibre. J’ajoute ici que « chemise en lin » ne signifie pas « chemisette en lin ». A bon entendeur…

chemise en linchemise en linchemise en linchemise en lin

Le lin est une fibre issue de la plante du même nom cultivée sans engrais ni pesticide (qu’elle ne supporte pas), connue depuis l’Egypte ancienne pour ses propriétés textiles. L’une des particularités de cette fibre est qu’elle entoure une tige ou paille dont elle doit être détachée par le biais d’une première opération appelée rouissage. Après avoir été immergée le temps qui convient dans une eau idoine, le lin est séché, battu, à la suite de quoi la fibre, débarrassée de la paille, est prête à être lavée, filée, blanchie puis teintée. Une fois filé, on distingue deux types de lins : le pur fil (qui n’est composé que de lin) et le métis, qui est un mélange de lin et de coton.

Mérites comparés du lin et du coton. Le métis

La fibre de lin est longue, fine et irrégulière. Comparée au coton, elle est plus grosse et présente un aspect lustré. Le coton est une fibre courte dans l’écrasante majorité des cas (le Gossypium barbadense ne représentant que 5 à 6% de la production mondiale), qui, filée, produit un fil régulier, sans raccord visible.

Le lin est plus solide que le coton, mais il est aussi moins couvrant (du fait des interstices entre les fils), plus froissable (car très peu élastique), très peu isolant, absorbant, et, accessoirement, plus cher. Facilement reconnaissable, il présente des épaississements le long du fil, correspondant au raccord entre deux fibres.

Plus facile à repasser, le métis présente le grand avantage de conjuguer les propriétés des deux fibres, lin et coton, en un tissu très solide, souvent utilisé pour la confection de draps, de nappes et de serviettes. Pour ceux que le pur fil n’attire pas, le métis apparaîtra sans doute comme un bon compromis, une entrée en matière, en quelque sorte. Non pas que le métis ne se froisse pas, il se froisse, mais, en fonction de la proportion de coton, il « se tient » mieux.

En tout état de cause, il n’existe pas de chemises en lin « sans repassage » ou « repassage facile ». Comme n’importe quel tissu, le lin a les défauts de ses qualités. Une manière d’en jouer avantageusement consiste à rétablir l’équilibre en choisissant des chemises un peu « habillées ». Pantalon et chaussures feront le reste.

Bonnes vacances à tous !

Ci-dessous, quelques exemples de tissus en lin pour chemise issus du catalogue David & John Anderson (groupe Albini).

lin David & John Andersonlin David & John Anderson

Cette entrée a été publiée dans HOMME, L'ART DE LA CHEMISE, VESTIAIRE and taguée , , , , , . Placez un signet sur le permalien.

4 Responses to La chemise en lin

  1. André Fortin dit :

    Bonjour
    Je me cherche une chemise en lin blanche sportive et à manche courte ou 3/4.

    Grandeur large ou Xlarge
    Avez-vs ce que je recherche et si oui à quel prix Livré au Canada

    Merci André

    • Laurent Le Cam dit :

      Bonjour André,

      Notre boutique en ligne ne sera pas disponible avant 2014, et par ailleurs nous avons prévu de débuter avec de la maroquinerie, je ne peux donc rien vous proposer personnellement. Manches courtes, je ne sais pas trop. Si vous cherchez une chemise en lin de qualité, de fabrication italienne, vous pouvez regarder sur http://www.shopthefinest.com (qui propose en outre un classement par tissus). Le site est américain. J’ignore ce qu’il en est des taxes et des droits de douane pour une livraison au Canada. A vérifier avant toute commande.

      Cordialement,

      Laurent

  2. Rachel dit :

    Bonsoir, ça y est nous sommes en 2015… Et je voudrais que mon Calabrais opte pour le lin (chemise ….may be pantalon, on verra) so…. Ou en trouver à Torino s’il vous plait? J’adore votre site… C’est tout ce que j’aime. Moi et toutes les personnes qui aiment, non seulement le Made in Italie , mais surtout le être bien vêtu . Ça n’engage que moi.
    Bonne continuation!
    Kiss and Bling!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.