La chemise bleue

chemise bleueAprès avoir longuement disserté sur la chemise blanche (avec raison semble-t-il, compte tenu du succès rencontré par cet article), je ne pouvais faire autrement que de « m’attaquer » à la chemise bleue, alternative élémentaire (et non moins indispensable) au choix précédent. Par parenthèse, je souhaiterais préciser que, sauf cas précis et relativement rare (un personnage public appelé à passer régulièrement à la télévision aura tout intérêt à porter la même tenue s’il tient à ce qu’on le reconnaisse), il n’est pas utile à un homme disons… normal (aussi exceptionnel soit-il par ailleurs) de posséder les mêmes vêtements en triple ou quadruple exemplaire, ce qui se vérifie plus encore s’agissant de chemises, et plus particulièrement de chemises bleues. Car autant la difficulté à trouver LA chemise blanche qui vous correspond peut légitimement vous pousser à faire des provisions au cas où le fournisseur tant recherché ferait faillite, autant l’offre de chemises bleues est suffisamment abondante, la couleur bleue elle-même suffisamment riche de nuances et de tonalités différentes pour vous donner envie de varier les plaisirs le plus souvent possible. Autre argument qui mérite peut-être qu’on s’y arrête : les femmes ont une prévention naturelle contre les hommes qui s’habillent toujours de la même façon. A bon entendeur… Quoi qu’il en soit, la règle est la suivante : se connaître, oui, se répéter, seulement si on y est contraint.

Avant d’entrer dans le vif du sujet, examinons rapidement les raisons qui pourraient nous convaincre de porter une chemise bleue.

chemise bleue

Cinq bonnes raisons de porter une chemise bleue

Première raison : la chemise bleue s’adapte à quasiment tous les usages, se prête à presque toutes les situations. A condition de bien la choisir, une même chemise peut être portée avec un costume, un jeans, un chino voire un bermuda – non, pas un bermuda. Par pitié, arrêtons avec les bermudas !
Deuxième raison : contrairement à la chemise blanche, la chemise bleue convient à un grand nombre de carnations. Pas besoin d’avoir le teint hâlé pour avoir bonne mine avec une chemise bleue (même si un bronzage naturel ne gâte rien). En règle générale, la chemise bleue éclaire le visage.
Troisième raison : la chemise bleue avantage grandement les personnes qui ont les yeux bleus (c’est mon cas).
Quatrième raison : la chemise bleue supporte parfaitement la cravate noire, ce qui permet de ressortir de sa penderie des vestes jugées trop sport ou trop excentriques (toutes proportions gardées), de ces achats mal considérés qu’il a pu nous arriver de faire sur un coup de tête, eu égard seulement à une couleur ou à un tissu particulièrement séduisants. L’association chemise bleue-cravate noire va permettre de renforcer l’aspect « habillé » de la veste.
Cinquième raison : très souvent associée au rêve, à la sagesse et à la sérénité, tenue pour un symbole de vérité, la couleur bleue est rassurante, elle signe un pacte de non-agression avec votre interlocuteur. L’homme qui choisit de porter une chemise bleue indique qu’il veut, soit rassurer, soit se rassurer, en tout cas engager une relation harmonieuse avec son entourage, ce qui devrait être le b.a.-ba de tout gentleman.

chemise-bleue-2La chemise bleue unie, une recette gagnante

D’aucuns préfèrent réserver la chemise bleue à la journée, la chemise blanche au soir. Ce choix est peut-être moins dicté par l’étiquette que par le pragmatisme. En effet, la chemise bleue est si polyvalente qu’elle permet de s’habiller (presque) sans se poser de questions. Pour un usage professionnel, le twill et la popeline sont à privilégier, de même que les cols classique et italien. Le blanc est paradoxalement moins neutre et demande à être relativisé, dans la journée, tout du moins.

Quelques exemples de tissus unis bleus (Carlo Riva, s’il vous plaît) sur le site de Mimmo Siviglia, chemisier réputé à Rome.

Quel costume, quelle cravate porter avec une chemise bleue unie ?

Costume bleu, chemise bleue ? Pourquoi pas ? Mais l’ensemble risque d’asphyxier les couleurs et suppose déjà une certaine maîtrise des associations (voir la veste de Gianni Agnelli ci-dessus). En tout état de cause, la chemise ne doit pas être plus sombre que le costume. Pour plus de sûreté, mieux vaut peut-être opter pour une combinaison costume bleu, chemise blanche, cravate bleue, en jouant sur la matière de la chemise ou sur la brillance/matité de la cravate (certains bleus sont d’ailleurs suffisamment intenses et élégants pour autoriser un costume et une cravate de même teinte – voir photo ci-dessous). Une belle flanelle est le compagnon idéal d’une chemise bleu ciel, mais on pourrait en dire autant de tous les costumes gris, du plus lumineux au plus foncé, presque noir, du Prince de Galles et du tissu caviar, entre autres. L’été, un costume clair en gabardine de coton, décontracté mais pas trop, fera parfaitement l’affaire. Hors cadre professionnel, il supportera même une chemise d’un bleu plus foncé ou plus vif.

Le propre de la chemise bleue est de pouvoir être associée à tous les types de cravates : en soie unie ou imprimée, en laine, en tricot. A éviter toutefois : les cravates satinées ou trop claires, les motifs farfelus ou les pois. Dans un registre soutenu, la grenadine de soie, très à la mode depuis quelque temps, offre de nombreuses possibilités.

chemise bleue

chemise bleueRayures bleues sur blanc, fines, moyennes, larges

Quel costume, quelle cravate porter avec une chemise bleue rayée ?

A en juger par l’usage général, on serait tenté de dire que la prise de risque vestimentaire est proportionnelle à l’espacement des rayures portées. Plus elles sont larges, plus le risque s’accroît. Une chemise à fines rayures bleues se mariera aussi bien avec un costume uni qu’avec un costume à rayures (à condition, bien sûr, que celles-ci soient plus larges). A contrario, une chemise à rayures plus espacées peut sembler moins facile à apparier et relève d’une forme d’assurance dont il appartient à chacun de mesurer les conséquences sociales. Oublions dans ce cas les costumes rayés (sous prétexte de respecter les codes, on ne va tout de même pas porter une veste dont les rayures seraient plus fines que celles de la chemise), oublions aussi les costumes unis standards (un cran en dessous, à moins d’une très belle façon), il ne reste plus qu’une solution : le saut dans l’inconnu, le tweed, les carreaux, etc. A ce jeu-là, reconnaissons-le, les Italiens sont plus forts que nous (voir l’exemple d’Isaia). Il est parfois utile de connaître ses limites.

Si vous aimez le style Ivy League, la cravate club peut s’avérer un bon choix. Certes, ce détour par les campus universitaires ou les régiments n’est pas d’une originalité folle, mais l’élégance est préservée.

La chemise bleue casual : Oxford, chambray et denim

La chemise casual se distingue d’abord par son tissu, plus épais ou plus grossier, éventuellement par sa forme de col, souple ou boutonné. Parmi les tissus casual, trois doivent retenir notre attention, l’Oxford, adapté néanmoins aux chemises classiques (et particulièrement aux rayures, me semble-t-il), le chambray et le denim, plus nettement typés sport.

Petit rappel. L’Oxford est un tissu à armure nattée (ou toile) formée d’une chaîne de couleur et d’une trame écrue, dont les fils, fins et bien tordus, assurent un aspect régulier et net. Ce n’est pas le cas du chambray, tissu à armure toile également, formé d’une chaîne de couleur (en l’occurence, indigo) et d’une trame écrue, mais dont les fils sont plus grossiers, d’où son aspect irrégulier. Le denim, lui, est un tissu à armure sergée composé d’une trame indigo et d’une chaîne écrue.

Quel costume, quelle cravate porter avec une chemise bleue en denim ou en chambray ?

La chemise en chambray ou en denim offre une excellente occasion à ceux qui veulent casser un peu les codes, et pas seulement le vendredi comme on les y encourage. Une fois encore, le costume en flanelle anthracite s’avère être l’allié idéal, dès que le temps se couvre. Gianni Agnelli en faisait un usage immodéré, assorti d’une cravate en tricot noir. Je vous l’accorde, il n’est pas donné à tout le monde de s’habiller comme Gianni Agnelli. Mais bien souvent, l’Avvocato ouvre d’excellentes pistes.

Personnellement, j’ai toujours eu un faible pour les cravates en laine, considérées outre-Manche comme indignes d’un gentleman et réservées outre-Atlantique aux artistes, aux savants, aux écrivains, bref, aux êtres un peu à part (pensons au rôle de Joseph Turner interprété par Robert Redford dans Les Trois Jours du Condor). Fort heureusement, les gentlemen italiens n’ont pas ces préventions et favorisent, pour autant qu’elles ne trahissent pas de fautes de goût, des associations plus libres. A tenter, selon moi : une veste ou un costume de bonne coupe, pourquoi pas croisée, une chemise en chambray ou en denim à col boutonné, une cravate en cachemire unie. Et en route pour Milan ou Rome !

chemise bleue denim

Cette entrée a été publiée dans ELEMENTS DE STYLE, HOMME, L'ART DE LA CHEMISE, VESTIAIRE and taguée , , , , , , , , , . Placez un signet sur le permalien.

3 Responses to La chemise bleue

  1. Facel dit :

    Article très intéressant, comme tous les autres. Sauriez-vous m’indiquer la marque de la chemise en denim dont vous présentez une photographie en dernier lieu?

    • Laurent Le Cam dit :

      Bonjour,

      Merci beaucoup. Il s’agit d’une Maffeis Sport. Comme vous peut-être, j’aime beaucoup les chemises en denim. Seul bémol : leur entretien.

      Laurent

      • Facel dit :

        Merci pour votre réponse, que je découvre tardivement. En cherchant un peu sur Internet, j’avais pensé un temps qu’il pouvait s’agir d’un modèle Barba, mais celui que j’avais trouvé n’avait pas de col boutonné. Effectivement, l’entretien reste problématique, surtout lorsque l’eau est définitivement calcaire… Encore merci pour ce blog.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.