Joseph Kergoat, tailleur parisien

Monsieur Jo (Joseph Kergoat), tailleur par passion et par conviction

Chers amis, nous interrompons le cours normal de nos pérégrinations transalpines pour vous présenter un Français anormalement méconnu : Joseph Kergoat (dit Jo), le plus ancien tailleur parisien en activité.

Joseph Kergoat est né en 1930 à Saint-Thégonnec (dans le Finistère), où sa mère tenait un atelier de couture. Elevé chez les jésuites jusqu’à l’âge de dix-huit ans, il rêve un temps du concours de Saint-Cyr, passe celui des PTT, se voit offrir des affectations farfelues (Nancy !), avant que l’aiguille, enfin, ne le rattrape. Puisqu’il sait coudre depuis l’âge de douze ans, le voilà engagé chez un tailleur à Morlaix, puis chez Tanguy, à Saint-Brieuc. Après deux ans de service militaire en Algérie, Paris l’appelle. Il s’y installe en 1954. Bardot sera son école (à l’époque, celui-ci était le tailleur attitré de Jean Marais et de Jean Cocteau), Carven, sa deuxième maison. Dix ans plus tard, il ouvre son propre atelier. Joseph Kergoat exerce donc officiellement sous son nom depuis… cinquante ans. En 1996, il a posé ses valises du côté des Filles du Calvaire, dans cet ancien quartier de la confection devenu l’épicentre du monde bobo.

À dire vrai, il faut oser passer le seuil de l’atelier de Joseph Kergoat. L’endroit ne paye pas de mine. Pas de salon d’essayage, ici, ni de dorures, ni d’obséquiosité commerciale, tout se joue en direct de l’atelier. Dans la vitrine, une coupure de presse (Le Télégramme de Brest) rappelle au passant égaré que monsieur Kergoat a réalisé l’intégralité des costumes de Jean Dujardin pour les deux épisodes d’OSS 117, Le Caire, nid d’espions et Rio ne répond plus – 42 en tout, dont un smoking mémorable !

Chaque après-midi ou presque, l’endroit se peuple d’anciens, de gens du métier. Victor, comme Jo, a tout connu : le haut de gamme, le moins haut de gamme, la grande mesure, le Sentier. On compte aussi Tonio, l’Espagnol, Pierino, l’ancien coureur cycliste. Le grand absent est un culottier de 86 ans, ancien premier d’atelier chez Dior. Habitant Amiens, il vient encore régulièrement bavarder avec ses camarades, prendre du travail, en déposer. Du travail à l’ancienne, à la main : 13 heures pour un pantalon !

Les costumes de Joseph Kergoat : du beau, du bon, du durable

J’ignore s’il existe un style français (nous aurons l’occasion d’en reparler). Il existe/existait en tout cas une qualité française, diluée depuis quelque temps déjà dans une labellisation abusive. Le Made in France est un ectoplasme. À quand une re(con)naissance du beau français ?

Jo KergoatJo KergoatJo Kergoat

Un entoilage total, au-delà de toute dénomination farfelue (« traditionnel », « semi-traditionnel, que sais-je). Oui, les carreaux seront correctement alignés, monsieur Kergoat s’y emploie. Comme il a tenu à me le faire remarquer : « parce que certains Napolitains, hein, on les connaît ! » Jo Kergoat : 1 point !

Joseph KergoatJoseph KergoatJoseph Kergoat

Un très joli montage d’épaule, et une milanaise – pardon, une anglaise – exempte de tout reproche. Ce travail-là devrait durer… longtemps.

Joseph KergoatJoseph KergoatJoseph Kergoat

Le pantalon est réalisé à la main par le dernier culottier indépendant.

Joseph KergoatJoseph KergoatJoseph Kergoat

Le manteau personnel de Jo Kergoat. Doublure Holland & Sherry.

Joseph KergoatJoseph KergoatJoseph Kergoat

La machine magique. Une résistance chauffe la table et aspire la vapeur. Le poids du fer fait le reste.

Jo KergoatJoseph KergoatJoseph Kergoat

Compter 1500 euros environ pour une veste, 2500 euros environ pour un costume. La rencontre avec l’homme est comprise dans le prix, et croyez-moi, elle vaut le détour.

Jo Kergoat
6, rue du Pont aux Choux
75003 Paris
Tél. : 01 42 78 55 31

Site : http://www.jokergoat.com.

Cette entrée a été publiée dans ATELIERS, LE COIN DES NON-ITALIENS and taguée , , , , . Placez un signet sur le permalien.

5 Responses to Joseph Kergoat, tailleur parisien

  1. Ayant une formation Couture Artisanat et Métier d’Art depuis mes 16 ans (j’en ai aujourd’hui presque 35), les rencontres telles que celle-ci me refile à coup sûr des frissons.
    Plus encore que le travail réalisé c’est le caractère, le savoir-faire et la beauté de l’échange qui me touche.

    Quant on sait aujourd’hui combien de réels tailleurs AUTHENTIQUES et ayant LA connaissance sont encore en activité en France … on mesure et prend toute l’ampleur de l’importance de ne pas laisser perdre de si belles âmes.

    J’espère, Mr Kergoat que vous avez su laisser votre empreinte auprès des différents apprentis que vous avez pu former.
    Si je n’avais été en poste et pris par ce marasme de la vie quotidienne … j’aurais sauté sur l’occasion également de tenter de me former auprès de vous pour ne serait-ce que pouvoir affirmer « faire perdurer » une infime partie de votre savoir faire.

    Mais je m’égare … mon téléphone sonne et le regret de ne pas avoir poursuivi ma vie en tant que tailleur me reviens au visage.

    Merci Laurent pour cette fenêtre de rêve et cet article si bien construit.

    Un amoureux de l’authentique qui finira _qui sait_ par revenir un jour à ses amours d’aiguilles.

    Admirativement votre.

    • Merci, Nicolas. Le passage par la case sur mesure est d’abord une rencontre d’homme à homme. Sans surprise, cette rencontre peut être intéressante, passionnante, chaleureuse, neutre, insipide ou nulle. Que la qualité du travail rejoigne la vérité de l’homme me paraît somme toute assez naturel. Je m’en tiendrai là, pour ne pas avoir à dire du mal d’artisans dont je pense moins de bien.

      Cordialement,

      Laurent

  2. Hank dit :

    Bonjour Laurent,

    Excellent article ! Pour en savoir davantage, la veste que propose Jo Kergoat, ainsi que le costume, sont bien réalisés en grande mesure ?

    Cordialement.

    • Bonjour Henry,

      Coupe à la main, montage à la main, coutures main, entoilage total. Le pantalon est réalisé par un culottier extérieur, comme c’est le cas dans un très grand nombre de maisons. En ce qui concerne la veste, Jo et Antonio réalisent tout eux-mêmes, sur mesure, à votre gré.

      Pour en savoir davantage (et découvrir de visu les costumes et vestes en cours de réalisation), n’hésitez pas à rendre visite à monsieur Kergoat en vous recommandant de moi.

      Cordialement,

      Laurent

  3. s.e. dit :

    Merci pour ce beau reportage qui m’incite à aller à la rencontre de cet admirable artisan…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.