Holland and Sherry

Holland and Sherry, established 1836

Stephan George Holland, Frederick Sherry, deux noms de légende définitivement associés à Savile Row – au Row et au tweed écossais, même si, comme le fait remarquer Franck Urbanczyk, représentant français de la marque au cours de l’interview qu’il nous a accordée il y a quelques jours, les références les plus vendues restent de très classiques laines grises. Né marchand à l’aube de la première révolution industrielle, en 1836, cette vénérable institution est aujourd’hui l’un des plus importants drapiers après plusieurs rachats successifs, le premier nom qui vienne à l’esprit dès que l’on parle de tissus anglais de qualité. Doit-on s’étonner dès lors qu’un grand nombre de tailleurs, italiens notamment, lui accordent leur préférence ? Comme nous le rappelions en 2012 à propos de Rubinacci, l’histoire des sartorie napolitaines est d’abord celle d’une anglophilie bien comprise, puis détournée.

Merci à Martine et Franck Urbanczyk pour leur accueil et leur urbanité.

Martine et Franck Urbanczyk, Holland et Sherry, Paris

Entretien avec M. Franck Urbanczyk, Holland and Sherry, Paris

Milanese Special Selection – Monsieur Urbanczyk, bonjour. Comment en êtes-vous venu à représenter Holland and Sherry en France ?

Franck Urbanczyk, Holland and Sherry, Paris – Je suis fils de tailleur [le père de M. Urbanczyck n’est autre que M. Henri Urbanczyck, installé de 1967 à 1997 rue Marbeuf à l’enseigne de Urban Tailleur], j’ai toujours vu mon père travailler dix heures par jour, six jours sur sept, tout en prenant un minimum de vacances ; c’est comme ça que j’en suis venu à cette activité. Mon activité antérieure était tout autre, puisque je vendais des machines-outils et des outils coupants. Un jour, mon prédécesseur, monsieur Popelard, a informé mes parents que Holland and Sherry cherchait quelqu’un pour le remplacer. J’ai postulé, passé un premier entretien avec monsieur Holland à Paris. Il faut croire que cet entretien s’est bien passé. Monsieur Holland cherchait quelqu’un de jeune et de dynamique. Il faut considérer qu’à l’époque, il y a vingt-six ans, Holland and Sherry représentait un petit marché (nous faisions dix fois moins de chiffre d’affaires qu’aujourd’hui) et était très spécialisé tailleur haut de gamme. Ma femme et moi avons développé d’autres clientèles : la haute couture, la demi-mesure, la décoration d’intérieur…

Milanese Special Selection – Combien y a-t-il de clients en France, mesure et demi-mesure confondues ?

Franck Urbanczyk, Holland and Sherry, Paris – Nous travaillons avec environ 300 clients. Notre créneau est une niche. Pour autant, notre force tient à la taille de notre catalogue. Un confectionneur a l’habitude de composer des liasses de 300 coloris ; nous en avons 3000, ce qui fait de nous un concurrent sérieux sur un marché restreint. On dénombre aujourd’hui quinze tailleurs dotés d’un potentiel en France, ces quinze tailleurs représentent environ 20% de notre chiffre d’affaires, les 80% restants étant assurés par la demi-mesure industrielle.

Milanese Special Selection – Les tailleurs italiens que je rencontre sont très attachés à Holland and Sherry.

Franck Urbanczyk, Holland and Sherry, Paris – Oui, parce que les Italiens aiment bien tout ce qui est britannique. À dire vrai, les Etats-Unis sont le marché numéro un ; viennent ensuite l’Asie, l’Italie, l’Angleterre et la France. Encore le marché français ne représente-t-il pas grand-chose. Je crois qu’il y a encore 2000 tailleurs en Italie, sans compter la confection et la demi-mesure de luxe. En Angleterre, on ne peut pas concurrencer Savile Row, où l’on dénombre un tailleur par immeuble, comme le stipule le plan d’occupation de la municipalité.

Milanese Special Selection – Parlez-moi un peu de votre père.

Franck Urbanczyk, Holland and Sherry, Paris – Mon père fait partie de l’histoire des tailleurs parisiens. Il était installé rue Marbeuf, avait une dizaine d’employés. Quand il est arrivé à Paris, à l’âge de dix-huit ans, il savait déjà faire un très beau costume. Pour se faire engager, il a proposé à monsieur Camps de réaliser une pièce gratuitement. Ensuite, il a progressé très vite. Dans les années 1960, il y avait donc la maison Camps (pas Camps de Luca, Joseph Camps), dont les tailleurs s’appelaient Francesco Smalto, Claude Rousseau, Henri Urbanczyk. Dans les ateliers, vous aviez Emanuel Ungaro, le couturier. Quand j’ai débuté, j’étais le seul fournisseur à avoir un accès direct à monsieur Ungaro, qui demandait à me voir alors qu’il ne recevait aucun fournisseur, ce qui faisait la curiosité du personnel. Il me demandait des nouvelles de papa et se souvenait de ses années de formation. Mon père s’est arrête à l’âge de 68 ans, il avait commencé à travailler à 16 ans. Il passait 60, 70, 80 heures sur un costume. Il passait pour pénible, ce qui lui valait de récupérer les clients les plus difficiles, Francis Bouygues, Jean-Claude Decaux… Quand je suis arrivé chez Holland and Sherry, le tailleur s’appelait monsieur Giraud. Monsieur Giraud était passé chez Camps et avait travaillé pour papa. La première chose qu’il m’a dite : « Franck, votre père, un jour, m’a fait refaire dix fois la partie d’un costume ».

Milanese Special Selection – Je reviens à aujourd’hui et à la société Holland and Sherry. Où sont fabriqués les tissus ?

Franck Urbanczyk, Holland and Sherry, Paris – Holland and Sherry appartient désormais à un groupe américain. Les tissus sont faits alternativement en Angleterre, en Italie et au Chili. Tout part du fil. Certains fabricants comme Vitale Barberis Canonico et Loro Piana sont devenus marchands, nous sommes des marchands devenus fabricants. Holland and Sherry a racheté une usine textile en Angleterre qui s’appelait Joseph Clissold, à Bradford. Puis le développement de la décoration d’intérieur a conduit le groupe à racheter une autre usine, au Chili cette fois. Pour les tissus que nous ne sommes pas capables de réaliser nous-mêmes, nous louons des métiers à tisser. Nous n’avons pas besoin d’être propriétaires à 100% des machines. Les velours, par exemple, sont faits en Allemagne. Mais lorsque nous sous-traitons, nous imposons notre exclusivité au niveau des dessins et des coloris. Petite particularité, les tissus destinés à l’Europe sont finis en Angleterre. Ainsi, ils partagent tous un air de famille.

Milanese Special Selection – Quel est le tissu le plus vendu ?

Franck Urbanczyk, Holland and Sherry, Paris – Un Super 140 gris anthracite avec un fil compact (compact yard : une machine réintroduit les fibres à l’intérieur du fil, d’où un dessin extrêmement net). Pour vous donner un ordre de grandeur, alors qu’une gamme classique en collection représente 240 mètres, cette gamme-là représente 2000 mètres par coloris.

Holland et Sherry, Paris, rue de l'EchaudéHolland et Sherry

Remarque : la boutique Holland et Sherry est ouverte au public pour tout ce qui concerne les tissus d’ameublement. La partie « costume » est un showroom destiné exclusivement aux professionnels. Les tissus de costume Holland and Sherry sont disponibles auprès des meilleurs tailleurs, en France comme à l’étranger.

Holland et Sherry
17, rue de l’Echaudé
75006 Paris
Tél. : 01 42 33 55 91
E-mail : info.couture@hollandsherry.fr

Site : http://hollandsherry.com.

Henri Urbanczyk, Urban tailleurHenri Urbanczyk, CampsCamps, présentation de tissusJoseph CampsHenri Urbanczyk, Emanuel Ungaro, Francesco Smalto, Joseph Camps

La maison Camps. Sur la dernière photo, on reconnaît, à gauche, Henri Urbanczyk aux côtés d’Emanuel Ungaro ; et, au milieu, Francesco Smalto.

Holland and Sherry en images : les tissus de costumes

Holland and SherryHolland and SherryHolland and SherryHolland and SherryHolland and SherryHolland and SherryHolland and Sherry

Holland and Sherry en images : les tissus d’ameublement

Holland SherryHolland SherryHolland SherryHolland SherryHolland Sherry

Cette entrée a été publiée dans EDITORIAUX, INTERVIEWS, REVUES DE PRESSE, HOMME, LE COIN DES NON-ITALIENS, VESTIAIRE and taguée , , , , , , , , , . Placez un signet sur le permalien.

2 Responses to Holland and Sherry

  1. Guilhem dit :

    Laurent,

    Un très bel article, très intéressant… Et toujours d’aussi belle photos. Merci! Je connais bien les tissus d’ameublement, moins ceux utilisé en mesure.

    Question sans transition aucune, nous verrons nous chez Guerlain le 24 novembre pour la soirée Parisian gentleman à tout hasard?

    GC

  2. sanza dit :

    bonjour, juste un mot vous aviez la main d’or

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.