Ducal calzaturificio Firenze

Ducal Firenze : une ambition aristocratique

Premier coup de cœur post-Pitti pour de jolies chaussures qui n’auront pas manqué d’affoler les dandys de tous poils, italiens et autres, présents au salon, celles du Calzaturificio Ducal (à ne pas confondre avec Doucal’s, fabricant plus industriel et démocratique). La naissance de la marque remonte aux années 1950, et elle est due à la femme du fondateur, monsieur Angiolo Manetti. C’est elle qui choisit alors le nom « Ducal » pour évoquer le style « noble et aristocratique » des chaussures créées par son mari.

La production actuelle se partage entre cousu Blake et cousu Goodyear (avec une forte proportion de Blake). Remarquables à plus d’un titre, les chaussures bi-matières – un classique de la maison. Les modèles tressés (qui sont assurément LA grande tendance en matière de chaussure estivale, j’en veux pour preuve la publicité Nespresso mettant en vedette des mocassins tressés Santoni autant que messieurs Dujardin et Clooney) méritent qu’on s’y arrête ; même si ma préférence va plutôt aux mocassins à mors, notamment ceux en lin, qui ne dépareraient pas dans la boutique de monsieur Luparelli à Rome. L’esprit Gucci n’est pas loin.

Calzaturificio Ducal
Via Aretina, 97
Firenze
Tél. : +39 055 66 98 48
E-mail : info@ducal.it

Site : http://www.ducal.it.

Ducal calzaturificio FirenzeDucal calzaturificio FirenzeDucal calzaturificio FirenzeDucal calzaturificio FirenzeDucal calzaturificio Firenze

Cette entrée a été publiée dans CARNET D'ADRESSES, CHAUSSURES ITALIENNES, BOTTIERS ITALIENS, FLORENCE and taguée , , , , , , . Placez un signet sur le permalien.

2 Responses to Ducal calzaturificio Firenze

  1. GConstantin dit :

    Belle maison. Bien que je ne sois pas un grand fan du cousu blake qui pour moi ne perdure pas. Et au prix de ces petits bijoux c’est dommage.

    • Je suis globalement d’accord avec vous. Pour avoir discuté avec la propriétaire, je crois pouvoir dire que le cousu Goodyear représente sur certains modèles une option ; à charge pour les boutiques de répercuter ou non le surcoût.

      Cordialement,

      Laurent

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.