Chemises Siniscalchi, acte IV

Retour d’expérience : la chemise sur mesure par Alessandro Siniscalchi

J’ai déjà eu l’occasion de le dire ici, Alessandro Siniscalchi est un perfectionniste.

Une anecdote suffira à illustrer la véracité de mon propos. Au cours du mois de novembre de l’année dernière, alors que je me rends à un rendez-vous à Milan, je croise par hasard Alessandro et Cinzia. Lui, après les premiers mots échangés : « Et la chemise, tu ne me l’as pas rapportée ! » Non seulement je n’avais jamais rapporté ma première chemise Siniscalchi, commandée un an plus tôt, pour le quatrième essayage (celui qui, après plusieurs ports, décide du bien-fondé des mesures et des ultimes corrections à apporter), mais, malgré mes passages répétés à Milan depuis, j’avais commis la maladresse – plus que la maladresse, l’erreur fatale pour tout amateur de sur mesure et de travail bien fait – de l’oublier à Paris. Alessandro : « Comment veux-tu que je sache ce qui ne va pas si tu ne me la rapportes pas ? Il faut que tu viennes avant que je n’aie plus le tissu correspondant. » J’étais un peu confus, d’autant plus que, pour connaître de longue date cet artisan intègre, timide, parfois intimidant, je sais qu’il ne triche pas. Rien à voir avec les simagrées de certains « tailleurs » italiens, toujours prêts à vous vendre le Panthéon, la lune, leur amitié indéfectible, leur vanité blessée, j’en passe, et des meilleures.

Début janvier, de retour dans la capitale officieuse de l’Italie, je m’empresse donc d’aller voir Alessandro et Cinzia. Résultat : des manches légèrement plus longues (un petit centimètre de confort en plus – désolé pour les carreaux, maestro), un patronage rectifié en conséquence, et un pouillième rajouté au col, le reste frôlant la perfection. Fort de ces bases saines, Alessandro a pu, comme il dit, en remettre une en route. Pour ce modèle plus sport, un nouveau col a été dessiné, assorti d’une triplure plus légère. Livraison des deux chemises, un mois plus tard. Rapidité, efficacité. Oui, je sais, les initiales brodées sont une coquetterie, mais, compte tenu du remarquable travail de la boutonniériste, il serait vraiment dommage de passer à côté.

Mes deux chemises Siniscalchi Milano

 chemises Siniscalchi, Milanchemises Siniscalchi, Milanchemises Siniscalchi, Milanchemises Siniscalchi, Milanchemises Siniscalchi, Milanchemises Siniscalchi, Milanchemises Siniscalchi, Milanchemises Siniscalchi, Milanchemises Siniscalchi, Milanchemises Siniscalchi, Milan

Cette entrée a été publiée dans ATELIERS, L'ART DE LA CHEMISE and taguée , , , , , . Placez un signet sur le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *