Caraceni

caraceni CaraceniLa saga Caraceni : dynastie, héritage

Comment faire le départ entre les « vrais » et les « faux » Caraceni, les héritiers « naturels » de Domenico, le fondateur, et les autres, regardés au mieux comme des « dissidents » ? Il existe en effet pas moins de quatre tailleurs sur-mesure répondant au nom de Caraceni, tous se réclamant de l’héritage du maître. Cette question d’héritage est d’autant plus cruciale que Domenico Caraceni est unanimement respecté pour être le père ou l’un des pères de l’art tailleur italien. Tout commence en 1913, quand celui-ci, originaire d’Ortona a Mare, dans les Abruzzes, ouvre un premier atelier à Rome. Domenico est fils et petit-fils de tailleur. Dans son village, son passe-temps favori consistait à disséquer les costumes de Savile Row qui, par chance, lui passaient sous la main, afin de leur faire avouer leurs secrets. A quinze ans, il a vendu son premier costume. Le succès venant, le voici qui déménage au numéro 21 de la Via Boncompagni. Treize ans ont passé depuis ses débuts. Peu à peu, il convainc deux de ses frères, Augusto et Galliano, qu’il a appelés en renfort pour le seconder, de s’installer à Paris et à Milan dans le but d’accroître la réputation du style Caraceni, savant mélange des meilleures techniques anglaise et italienne.

Sartoria Tommy e Giulio Caraceni

Après la guerre et une mauvaise expérience à Naples, Galliano était revenu à Rome, Via Boncompagni, pendant qu’Augusto partait à Milan. Le succès devait se prolonger jusqu’au début des années 1960 et au-delà, Galliano habillant les plus grandes stars de l’époque, Gary Cooper, Douglas Fairbanks, Henry Fonda et bien d’autres. Pour des raisons familiales, ses fils Tommy et Giulio quittèrent l’atelier en 1963 pour ouvrir le leur, Via Campania, après avoir perfectionné leur savoir-faire chez les meilleurs tailleurs parisiens, italiens et anglais. Tommy et Giulio sont à la fois coupeurs et apiéceurs. Pour eux, le vêtement doit aller à la rencontre du style des clients et exprimer leurs désirs conscients et inconscients. Parmi ces clients, deux des plus grands noms de l’élégance italienne : Gianni Agnelli et Luca di Montezemolo (à noter la subtile évolution de l’Avvocato, passé de Domenico au milieu des années 1930 à Galliano puis à ses fils à partir des années 1970).

Sartoria Tommy e Giulio Caraceni
Via Campania, 61 B
00187 Roma
Tél. : +39 06 42 88 25 95 / +39 06 42 74 40 23
E-mail : caraceni@fastwebnet.it

Sartoria Domenico Caraceni

A Milan, Gianni Campagna, ancien apprenti de Domenico, exerce son activité sous l’enseigne Sartoria Domenico Caraceni depuis 1998. Plus exactement, il utilise indifféremment son nom et celui de son illustre devancier. D’aucuns lui reprochent d’avoir cédé un peu trop facilement aux sirènes du prêt-à-porter. C’est oublier que Gianni Campagna réalise chaque année quelque 700 costumes sur-mesure. Parmi ceux ayant fait appel à ses services : Pierce Brosnan et Jack Nicholson.

Sartoria Domenico Caraceni
Via Palestro, 24 – Corso Venezia, 53 A
20121 Milano
Tél. : +39 02 77 88 11 / +39 02 76 00 28 24
E-mail : info@caraceni.it

Site : http://www.caraceni.it.

Sartoria Ferdinando Caraceni

Né dans le même village que les frères Caraceni, Ferdinando Caraceni (disparu en 2004) n’appartenait pas à la même famille. Il avait travaillé de nombreuses années avec Augusto avant d’ouvrir son propre atelier, Via San Marco, à Milan, que dirige aujourd’hui sa fille Nicoletta. Il n’avait qu’un principe. Pour lui, une veste devait pouvoir « être travaillée comme un mouchoir ». De grandes figures du style ne s’y sont pas trompé, dont Diego della Valle et Yves Saint Laurent.

Sartoria Ferdinando Caraceni
Via San Marco, 22 A
20121 Milano
Tél. : + 39 026 55 42 84
E-mail : admin@caracenisartoria.com

Site : http://www.caracenisartoria.com.

A. Caraceni

En 1935, Augusto Caraceni s’installe à Paris et ouvre un atelier au 92, avenue d’Iéna qui devient en queques années le lieu de rendez-vous des célébrités de l’époque (qui ne se souvient du frac que Joséphine Baker portait sur scène ?). Mais la guerre aura bientôt raison de ses ambitions. En 1940, il est contraint de rentrer en Italie. Son frère Domenico meurt la même année. Six ans plus tard, il reprend son activité à Milan, au 16 de la Via Fatebenefratelli, secondé par son fils Mario. Prix et récompenses se multiplient. A sa mort en 1972, la maison est rebaptisée de son nom actuel.

Mario s’est retiré en 1998 pour laisser la place à sa fille Rita Maria et à son gendre, Carlo Andreacchio, lui-même épaulé aujourd’hui par ses enfants, Massimiliano et Valentina. La coupe maison est un modèle de fluidité. La fameuse veste croisée est conçue pour épouser les mouvements du corps et rester à sa place en toute circonstance. Pour cela, il existe un secret, tracé au dernier moment sur le patron, quelque part entre le sternum et les épaules. Les connaisseurs ne s’y trompent pas. De Sergio Loro Piana aux membres de la famille Agnelli, en passant par Luciano Barbera, Calvin Klein ou Karl Lagerfeld, tous apprécient comme il se doit la signature Caraceni, qui désigne probablement Carlo Andreacchio comme l’hériter légitime de la dynastie.

A. Caraceni
Via Fatebenefratelli, 16
20121 Milano
Tél. : +39 026 55 19 72
E-mail : info@a-caraceni.it

Site : http://www.a-caraceni.it.

Cette entrée a été publiée dans CARNET D'ADRESSES, HOMME, MILAN, ROME, VESTIAIRE and taguée , , , , , , , , , , , . Placez un signet sur le permalien.

One Response to Caraceni

  1. suggérerais de ajouter entre les tailleurs sur mesure Musella Dembech a Milan

Laisser un commentaire