Cravates Boivin, Paris

Boivin, les cravates 100% parisiennes

Rendons à César ce qui appartient à César (je ne compte plus le nombre de « confrères » qui s’en abstiennent), je dois à Dirnelli la rencontre d’Anne Gillier, directrice des Etablissements Boivin, cravatier historique au cœur de Paris. Curieux de nouveautés, je me disais depuis longtemps que je serais bien inspiré de lui rendre visite. C’est chose faite. Le compte-rendu en images.

La société Boivin fut fondée en 1930 par Jacques Boivin dans le but de produire des cravates à destination des professionnels. Reprise quarante ans plus tard par la famille Grandjean, elle appartient désormais à madame Gillier, qui, sans en altérer l’esprit, ambitionne de la rénover en douceur, et, pourquoi pas, de développer suffisamment la marque pour l’ouvrir peu à peu aux particuliers. Sera-t-il bientôt possible de commander à Paris des cravates dans le tissu et la largeur de son choix ? Affaire à suivre.

Pour l’heure, tout semble avoir été conservé en l’état dans l’atelier de la rue Réaumur. Un client sonne. Il vient récupérer une commande. Dans la pièce principale, les rouleaux attendent, sagement empilés. Il y en a dix fois plus dans les réserves. Indifférentes au va-et-vient, des ouvrières s’affairent. Le gros de la production des Etablissements Boivin concerne des cravates trois plis avec doublure. Si attractives et médiatisées qu’elles soient, les sept plis roulottées à la main ne représentent qu’une infime partie de la production. Anne Gillier en a pleinement conscience, et même si elle met un point d’honneur à satisfaire les demandes de tous ses clients, connaît les tendances lourdes d’un marché qui évolue peu.

La soie, d’origine italienne, provient des principales soieries de Côme et de sa région. Parmi les bestsellers des Cravates Boivin, sans surprise, la grenadine et l’étamine de soie. Comme souvent, la France est en retard d’une ou deux modes. Dommage ! (Il n’est pas moins regrettable que la mode puisse contaminer l’univers de la cravate.) Attendons encore un an ou deux et nous verrons peut-être des cravates madder à chaque coin de rue ? En attendant, réjouissons-nous d’avoir un cravatier à portée de main, disponible, enthousiaste et entreprenant !

Boivin & Cie
97, rue Réaumur
75002 Paris
Tél. : 01 45 08 41 12
E-mail : boivincravates@wanadoo.fr

cravates Boivincravates Boivincravates Boivincravates Boivincravates Boivincravates Boivincravates Boivincravates Boivincravates Boivincravates Boivincravates Boivin

Cette entrée a été publiée dans ATELIERS, LE COIN DES NON-ITALIENS and taguée , , , , , , , , . Placez un signet sur le permalien.

3 Responses to Cravates Boivin, Paris

  1. Boivin dit :

    Merci. Amélie Boivin, petite fille de Jacques Boivin

  2. Hayat dit :

    Quel bonheur de voir ces soies….
    Craquage total sur les peignoirs…

    Lizzie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.